Domain Names for Sale:


Wednesday, December 21, 2011

Google Nexus tablet in next 6 months teases Schmidt

Google will begin promoting what could be the first official Nexus tablet within the next six months, according to chairman Eric Schmidt, the latest stage in the “brutal competition” between it and Apple. “In the next six months we plan to market a tablet of the highest quality” Schmidt told Italian newspaper Corriere della Sea, while also confirming that Google plans to leverage its voice recognition technology to better challenge Apple’s Siri.

Schmidt was at pains to praise Apple co-founder Steve Jobs for his work in transitioning the tablet from vertical and enterprise markets to a consumer-centric product. “Steve Jobs was the Michelangelo of our time” he told the newspaper, “[he] realized the revolutionary potential of the tablet and has created an amazing product like the iPad.” However, “our companies compete” he continued, “it is capitalism.”

Exact details of the upcoming tablet were not revealed, and it’s unclear whether the slate will be specifically branded with Google’s Nexus nomenclature or be another manufacturer’s model that the search giant will champion. A similar strategy was put in place earlier in the year, when Google worked with Motorola to launch the XOOM, the first Honeycomb tablet on the market.

Now, of course, Google is partway through the process of acquiring Motorola Mobility, and could well use its closer ties with the company to develop a true Google Nexus tablet. Whatever the manufacturer, the slate will likely use Ice Cream Sandwich, the latest version of Android; the tablet UI for ICS was discovered accessible in the Galaxy Nexus late last week.

Google has used the Nexus range – so far limited to phones – to help push its interpretation of how the smartphone should evolve. The first model, the HTC-made Nexus One, led the market in processor speed, while its successor, the Samsung-made Nexus S, introduced features like NFC. Most recently, the Galaxy Nexus arrived, the debut device for ICS.

Android tablets have generally struggled to compete with Apple’s iPad, and even the HP TouchPad managed to squeeze ahead of Android-based models in 2011 sales thanks to its cut-price discounting. Common criticisms include the somewhat jerky performance of Android 3.x Honeycomb, as well as a shortage of slate-scale apps to suit the larger displays.

Source: - Chris Davies

Google Working on Nexus Tablet to Compete With IPad

Google is working on a Nexus tablet for release by mid-2012, as the company looks to challenge Apple‘s iPad.

The Mountain View, Calif.- based company’s device will be “of the highest quality,” according to chairman Eric Schmidt‘s comments to Italian newspaper Corriere della Sera. Schmidt called Apple co-founder Steve Jobs “the Michelangelo of our time,” but said his company would compete hard in the market Jobs helped create.

Schmidt did not get into details about the potential specs of the tablet, but his company has only used the Nexus label on high-end smartphones that are “pure Google” devices. In other words, Nexus phones contain the stock version of the newest Android OS without bloatware from any manufacturer.

The Nexus tablet will also be high-end and likely run Google’s new Android 4.0 Ice Cream Sandwich platform. The OS is a marriage of Android 2.3 Gingerbread for smartphones and Honeycomb, which has been used for tablets. Android tablets have struggled to gain traction against the iPad, but critics hail ICS as a much improved, cleaner OS that may have what it takes to go up against iOS.

Google’s exact strategy with the Nexus tablet is still unknown. There are no release dates, specs or manufacturing partners yet, but Schmidt’s proclamation that it will directly compete with the iPad is likely what will make it stand out. Companies like HP, Motorola and RIM rolled out tablet offerings priced similarly to the iPad, but all have failed, bringing new players in the market to take on Apple’s device.

Amazon’s Kindle Fire, priced well below the iPad at $200, is aimed at consumers who may find the price of the iPad too steep but are still interested in tablets. Similarly, Barnes & Noble‘s Nook Tablet offers the same type of specs and package as the Fire at $250. The two products are barely a month old, but initial sales have been good for both companies.

The Nexus brand name has accrued favor from consumers in the smartphone, but it remains to be seen if it’s strong enough to compete when attached to tablet that falls in the same price range as the iPad.

Google’s Nexus tablet may give the company the first high-end tablet that’s formidable enough to be labeled a true iPad competitor, but if it fails, it will join a long list of products before it that couldn’t knock the king off the throne.


Eric Schmidt : une tablette Nexus dans les six prochains mois ?

Eric Schmidt vient d’indiquer qu’une tablette Google existait et arriverait dans les six prochains mois !

Depuis l’arrivée d’Android 3.0 (Honeycomb), on sait que Google mise beaucoup sur les tablettes. L’Android Market est un peu vide de ce côté-ci, mais l’accent mis sur la quasi-totalité de cette année 2011 montre un grand intérêt. Des rumeurs sont logiquement apparues indiquant que le géant de la recherche allait sortir sa première tablette, en suivant le même principe que les Nexus (Nexus One, Nexus S et Galaxy Nexus). Jusqu’à présent, la quasi-totalité des rumeurs étaient infondées, mais Eric Schmidt vient de mettre les choses au clair.

Dans une interview à, l’ancien PDG de Google indique qu’une tablette Google existe bel et bien. Il ne s’agit en aucun cas de la Motorola Xoom qui avait servie lors du développement de Honeycomb, mais bien d’un autre produit. Il n’appartient pas forcément à la lignée des Nexus (le nom n’est pas définitif), mais cette tablette arriverait dans six prochains mois. Il n’est pas précisé s’il s’agit de l’annonce ou de la commercialisation. Si vous lisez l’italien couramment, vous pouvez consulter l’interview sur le site du journal.

Eric Schmidt ajoute également qu’un service équivalent à Siri va être lancé. Des ingénieurs y travaillent déjà depuis quelques temps, mais il reste encore beaucoup de travail.

Source: - Edouard Marquez

Tuesday, November 15, 2011

HTC Plans Quad-Core Tablets

HTC plans to introduce a quad-core tablet device in February, as the company looks to compete in the high-end of the market.
CEO Peter Chou said the Taiwanese company is looking to stand out from competitors by using Nvidia’s quad-core Tegra 3 processor, a significant leap over the iPad’s dual-core A5 chip, will reportedly power the device.
HTC is also expected to debut its quad-core smartphone, called the Edge, along with another Android smartphone at the at Mobile World Congress, according to reports.
HTC has emerged as one of the top Android phone makers in the world, and is now trying to do the same with tablets. The company is no longer content matching its competition and instead is driving forward with truly innovative engineering in quad-core devices.
The tablet market has gotten crowded recently, with Barnes & Noble’s release of the new Nook and Amazon’s upcoming Kindle Fire hitting the market this month. However, while most competitors are attacking the market with low-priced devices to compete against Apple’s iPad, the technology expected to be in HTC’s new tablet may put it in a different category.
A tablet powered by a quad-core processor is likely to sell at an even higher price than the $500 iPad, Apple’s least-expensive offering. In the past, devices like the BlackBerry PlayBook and HP TouchPad have failed to carve out a piece of the market while existing in the same price bracket the iPad. HTC has experienced this firsthand with its Flyer and Jetstream tablets, as poor sales were largely attributed to their high price.
More powerful hardware may be enough for HTC’s tablet to attract customers in the beginning, but as competitors like Apple catch-up and level the playing the field, the company will need something else to separate itself.
Chou believes his company’s tablets will offer that, but he’s not letting anyone in on what exactly that means until February, when the new quad-core tablets are expected to hit the market.
This post originally appeared at Mobiledia.
Source :

Mise à jour planifiée des tablettes Iconia Tab en Android 4 (ICS) ?

Attention : rumeur non confirmée. On vous aura prévenu ! N’empêche que les tablettes Acer plutôt bien positionnées d’un point de vue tarifaire et toujours pas démodées pourraient recevoir courant 2012 la nouvelle version d’Android : Ice Cream Sandwich.
Mise à jour planifiée des tablettes Iconia Tab en Android 4 (ICS) ?
Mise à jour planifiée des tablettes Iconia Tab en Android 4 (ICS) ?
Nous parlons ici des tablettes Acer Iconia Tab A500 et Acer Iconia Tab A100 notamment, tablettes qui ne sont plus toutes jeunes, qui font partie de celles les moins chères (voir les prix plus bas) et qui tiennent malgré tout encore la route.
Sortie initialement sous Android HoneyComb 3.0, l’Acer Iconia Tab A500 s’est vu mise à jour en HoneyComb 3.1 puis 3.2, la gardant au niveau de ses conseurs qui embarquent peu ou prou la même configuration technique. Quand à sa petite soeur l’Acer Iconia Tab A100 sortie directement sous HoneyComb, elle hérite des qualités (et défauts) de son aînée et d’un positionnement prix similaire.
La rumeur provient donc du site qui nous dit que ces tablettes devraient recevoir la fameuse mise à jour d’Android tout début de l’année prochaine. Certes ça n’est pas une surprise en soi (Google ayant annoncé que les terminaux équiéps d’Android 2.3 et supérieur pourraient recevoir Android Ice Cream Sandwich cela inclus donc les tablettes qui tournent sous HoneyComb). Ceci dit, cela serait cohérent avec ce dont Acer nous a habitué, en faisant bénéficier rapidement ses tablettes des mises à jour logicielles.
Voici ci-dessous les prix à aujourd’hui de ces deux modèles de tablettes Android plutôt compétitifs (au vu des tarifs pratiqués par la concurrence… suivez mon regard…).
Source :

Test Sony Tablet S

Rappel des caractéristiques techniques de la Sony Tablet S

- Écran 9.4" True Black (résolution 1280 x 720 pixels)
- Processeur Nvidia Tegra 2 cadencé à 1 GHz
- 1 Go de RAM
- 16 Go de stockage (extensible jusqu'à 64 Go par carte SDXC)
- Port mini USB
- Port de recharge propriétaire
Appareil photo 5 mégapixels (enregistrement vidéo 720p)
- Webcam 1.3 mégapixel
- Sortie audio jack 3.5 mm
- Émetteur/Récepteur infrarouge
- Connexion WiFi, Bluetooth, DLNA
- Android 3.2 Honeycomb
- Dimensions :  241.2 x 174.3 x 10.1 mm
- Poids : 590 g

Sony Tablet S : un design innovant pour une prise en main optimale

Sony voulait une tablette Android différente de ses concurrentes. Au premier coup d'oeil, on peut dire que c'est réussi. Esthétiquement, la Tablet S ne ressemble à aucune autre grâce à un design audacieux. La coque en plastique propose un format en goutte d'eau (ou un ultrabook) avec sa partie basse plus fine que la partie haute. Posé à plat, l'écran de la Tablet S permet une lecture agréable.
Test Sony Tablet S
Posée à plat, la Tablet S offre un confort de lecture agréable

Test Sony Tablet S
Le design atypique de la Tablet S la différencie de ses concurrentes

On pourrait croire qu'un tel design nuirait au confort de prise en main. Il n'en est rien, et c'est même le contraire, puisque la prise en main est vraiment adéquate. La sensation de légèreté de la Sony Tablet S s'avère incroyable grâce à son centre de gravité plus haut et ses 590 g sur la balance. Même en mode portrait, la tablette est agréable à tenir.

À l'arrière, le grip est assuré par deux petits picots. La coque arrière en plastique noir brillant est légèrement rugueuse, ce qui apporte encore plus en confort et réduit (mais pas de beaucoup) les traces de doigts.
Test Sony Tablet S
Grip et surface granuleuse pour une meilleure prise en main

Les traces de doigts, justement : si vous souhaitez utiliser la Sony Tablet S régulièrement, munissez-vous impérativement d'un chiffon ! L'écran, s'il restitue de jolies couleurs et un assez bon contraste, se révèle être un nid à empreintes digitales.
On retrouve sur le côté de la Tablet S une LED pour signaler les notifications ou indiquer la charge de la batterie, ainsi que les boutons de volume et d'allumage, malheureusement mal placés. On aurait en effet préféré les trouver sur la tranche latérale et non légèrement au-dessus pour une meilleure accessibilité. 
Test Sony Tablet S
Les boutons auraient été mieux placés sur la tranche latérale, juste au-dessus

Au sujet des petits reproches toujours, on regrette le port de recharge propriétaire qui empêche 
de facto la recharge de la tablette via USB. Les sorties audio sont mal situées (elles se retrouvent sous les paumes lorsqu'on a la tablette en main en mode paysage). Le cache du port mini USB et carte SDXC paraît vraiment trop fragile. On attendait mieux de la part de Sony qui nous a habitués à une finition irréprochable sur ses appareils. Il faut toutefois nuancer en précisant que la qualité des plastiques et d'assemblage offrent une sensation de robustesse. 
Test Sony Tablet S
Le connecteur propriétaire permet une recharge plus rapide, mais empêche la recharge par USB

Test Sony Tablet S
Les haut-parleurs de la Tablet S sont mal placés : en mode paysage les paumes de mains les recouvrent !

Test Sony Tablet S
Le cache USB/SDXC est fragile et fait "cheap"

Globalement, la Sony Tablet S est bien conçue, ses quelques défauts esthétiques et ergonomiques sont compensés par la vraie bonne idée d'une tablette au design atypique, qui fera oublier les nombreuses tablettes 
iPad-like et qui apporte en outre un confort jusque-là inégalé. 

Interface sobre, navigation internet rapide

On retrouve évidemment sur la Sony Tablet S l'interface sobre d'Android Honeycomb avec ses cinq bureaux personnalisables : 
applications, widgets, etc. Les applications de Google sont optimisées comme le client Gmail ou le service YouTube qui propose par défaut les vidéos en HD, ce qui est plutôt bien vu. 
Test Sony Tablet S
L'interface Honeycomb est toujours aussi sobre et soignée

En revanche, on regrette (cela vaut pour toutes les tablettes Android Honeycomb) l'impossibilité de fermer les pages et les applications dans le menu déroulant. Bien que Google a expliqué que les programmes sous Honeycomb, une fois mis en tâche de fond, ne consommaient que très peu d'énergie et rendaient le multitâche plus performant, cela s'avère assez gênant dans la gestion et la navigation globales (surtout après une journée d'utilisation intensive !). Même remarque pour la prise de copies d'écran, inexistante de manière native. Fort heureusement, il sera possible de clore les applications et pages internet indésirables (et de prendre des copies d'écran) sous Android Ice Cream Sandwich, mise à jour qui sera sûrement disponible sur la Sony Tablet S d'ici le printemps 2012.

La navigation internet n'est pas en reste avec une bonne vélocité, améliorée par son moteur QuickView, qui permet de charger dans un premier temps le texte, puis le contenu visuel (notamment les vidéos Flash particulièrement gourmandes). La Tablet S intègre dans son clavier tactile un dictionnaire intuitif, mais surtout un clavier numérique lors de la saisie des mots de passe. La fonctionnalité se révèle très pratique, dommage que Sony ne l'ait pas intégrée de manière permanente, d'autant plus que la présence du clavier numérique ne gêne pas la saisie de texte.
Test Sony Tablet S
Même en portrait, l'affichage de la Tablet S est agréable

En plus des applications natives (mails, contacts, transferts de fichiers, réseaux sociaux), Sony incorpore sa surcouche logicielle et graphique. L'affichage est sobre, le rangement des applications et widgets facile. Nous reviendrons en détail sur l'apport des applications multimédia propre à la Tablet S un peu plus bas.

L'autonomie est plutôt satisfaisante, entre 7 h et 8 h en utilisation mixte (surf, lecture 
vidéo, jeux, etc.), mais se révèle assez faible en veille (4 jours maximum) comparée à ses concurrentes. 

Lecture et enregistrement multimédia : peut mieux faire

Sans vouloir entrer dans le débat sur l'utilité d'un appareil photo sur une tablette, Sony ne semble pas avoir fait du capteur dorsal de sa Tablet S un argument de vente. L'appareil photo 5 mégapixels est quelconque et la qualité des images se détériore rapidement dès que l'éclairage est réduit. L'enregistrement vidéo (en 720 p) est pire : la partie vidéo est loin d'être transcendante, quant au son, il est tout simplement déplorable. Si vous souhaitez enregistrer de la vidéo sans passer par un appareil photo, nous vous suggérons de regarder davantage du côté d'un smartphone comme le 
Galaxy S II que nous avons testé récemment.
Test Sony Tablet S
La qualité de l'appareil photo est quelconque. Quant à la vidéo, elle est tout simplement médiocre !

La Tablet S ne se rattrape guère sur la lecture de vidéos, avec un lecteur qui se contente du format MP4. Pour lire des fichiers au format Avi, Mkv Divx ou autre, il faudra passer par l'Android Market (qui heureusement dispose de plusieurs lecteurs gratuits), en raison de l'incompatibilité native d'Android Honeycomb avec des formats pourtant courants. Là encore, la mise à jour vers Ice Cream Sandwich devrait corriger le tir.
En attendant, il faudra se passer de la lecture en HD, qui saccade en raison du processeur Nvidia Tegra 2 embarqué. Maigre consolation : les sous-titres sont pris en charge, ce qui ravira les amateurs de VO.
Test Sony Tablet S
Heureusement que la qualité de l'écran rattrape les fonctions limitées du lecteur

Enfin le gros point noir de la Sony Tablet S est l'absence d'un port HDMI (même une connexion avec la norme MHL via un adaptateur USB est impossible). Certes, Sony mise davantage sur la connectivité sans fil DLNA (fonction Throw), et c'est plutôt simple et réussi. Il suffit, lorsqu'on lit un fichier multimédia, de le "jeter" vers le haut de la tablette pour l'envoyer vers un autre périphérique. Mais dans une utilisation multimédia, la sortie HDMI fera vraiment défaut.

Applications Sony : le point fort de la Tablet S

Fort heureusement, Sony a le mérite de se rattraper en termes de multimédia avec sa propre offre de contenus et d'applications. En plus des applications traditionnelles (gestionnaire de mails, de contacts, de fichiers, lecteur de flux sociaux, etc.), Sony propose un véritable catalogue de musiques, de vidéos ou de livres et journaux (ebooks aux formats ePub et PDF supportés par son lecteur, Reader). 
Test Sony Tablet S
Sony offre un large choix de films, séries, musiques, livres numériques, etc.

Évidemment, tout cela a un prix, puisqu'il faut s'abonner aux services Sony Unlimited pour un minimum de 3.99 euros par mois (un abonnement premium existe contre 9.99 euros par mois) pour bénéficier de ce catalogue. En contrepartie, tous les contenus multimédias sont consultables et synchronisables dans les nuages sur les téléviseurs connectés Sony, les smartphones Sony Ericsson de dernière génération, les 
lecteurs Blu-Ray, les ordinateurs Vaio, mais aussi la Playstation 3 ou la PSP. 
Test Sony Tablet S
On peut synchroniser et accéder au contenu acheté directement
sur la Tablet S et ses autres périphériques Sony

Toujours du côté des jeux vidéos, la Sony Tablet S devrait plaire à tous les amoureux du rétro-gaming puisque la Tablet S se transforme en véritable Playstation One grâce à sa norme Playsation Certified. Certes, le catalogue n'est pour l'instant pas très étoffé (on dispose gratuitement de Medievil et d'un flipper) et c'est assez lent, mais on espère que cela s'améliorera au fil du temps. Seule interrogation : on se demande comment accéder aux traditionnelles "gâchettes" (boutons L1 L2 R1 R2 situés sur les tranches de la manette) qui se retrouvent en haut de l'écran.
Pour les autres gamers, on se tournera plus volontiers vers le catalogue de l'Android Market ou de celui de Nvidia, le Tegra Zone.
Test Sony Tablet S
La Tablet S est Playstation Certified, permettant à jouer à d'anciens jeux PS One

Télécommande universelle par infrarouge

Sony finit de se démarquer de la concurrence avec une fonction télécommande universelle grâce à son capteur infrarouge intégré, rarissime sur une tablette puisque pour le moment, c'est le seule tablette a en être pourvu. Un port IR sera présent sur la Motorola Xoom 2. Avec plus de 200 marques dans le listing, le catalogue est quasi complet. On peut ainsi commander son téléviseur, sa chaîne HiFi, son 
lecteur DVD/Blu-Ray, et même certaines box ADSL. La profusion des marques et modèles rendra la configuration parfois difficile (il faut essayer de nombreux profils avant de trouver la configuration adéquate à son appareil), mais une fois terminée, tout fonctionne correctement.
Test Sony Tablet S
La fonction télécommande universelle de la Tablet S permet de contrôler de nombreux appareils parmi un large choix de marques (plus de 200)

La Sony Tablet S face à la concurrence

Que vaut la Sony Tablet S par rapport aux (très nombreuses) tablettes Android concurrentes ? Déjà, comme nous l'avons dit plus haut, elle se démarque par son design, qui en plus d'être atypique, se révèle agréable en termes de confort de lecture et de prise en main. Ensuite, elle propose un catalogue d'applications et de contenus multimédias supérieur. Hormis l'Amazon Kindle Fire, qui est attendue seulement aux États-Unis à la mi-novembre (et encore, ce ne sont pour l'instant que des spéculations, il faudra voir en pratique ce que cela donne), les autres tablettes ne proposent pas (pour l'instant ?) une offre ludique aussi large que Sony.

Pour le reste, ne vous attendez pas à des miracles : la Tablet S reste une tablette Android avec la même architecture technologique (processeur Nvidia Tegra 2 et 1 Go de RAM) que les concurrentes de dernière génération, donc avec les mêmes qualités et les mêmes défauts. On attend avec impatience le rendu des premières tablettes Ice Cream Sandwich pour voir l'évolution d'une génération à l'autre. À ce petit jeu, Sony pourrait pâtir de la jeunesse de sa Tablet S par rapport à d'autres constructeurs (Samsung, HTC, Motorola, Acer, Asus, etc.) qui ont une plus grande expérience. 


Globalement, nous sommes satisfaits de la Tablet S. Sony avait jugé bon de prendre son temps pour sortir sa tablette tactile, et nous lui donnons plutôt raison. Si la structure même de la Tablet S ne diffère pas des autres tablettes Android, c'est sur son design innovant et sur son offre multimédia que la Tablet S marque des points. Les fonctions DLNA et télécommande universelle font de la Sony Tablet S un bon périphérique audiovisuel, qui trouvera facilement sa place dans votre salon. Toutefois, l'arrivée tardive de Sony sur le marché pourrait également nuire à la Tablet S, qui devra bientôt se retrouver avec ses concurrentes de nouvelle génération. Il faudra voir en l'état une fois que la Tablet S aura elle aussi droit à sa mise à jour vers Ice Cream Sandwich, d'ici le printemps 2012. La bataille ne fait que commencer.

Nous avons aimé :
- le design qui se différencie vraiment de la concurrence
- la prise en mains légère et confortable
- la rapidité du navigateur web
- la surcouche graphique de Sony qui reste sobre
- l'accès au très large catalogue multimédia Sony (uniquement par abonnement)
- la fonction télécommande universelle

Nous avons regretté :
- l'écran brillant propice aux traces de doigts
- certains éléments ergonomiques mal pensés (boutons, cache périphériques auxiliaires, haut-parleurs)
- le manque de fonctionnalités dû à Android (lecteur multimédia complet, gestionnaire d'applications...)
- la qualité quelconque voire médiocre de l'appareil photo

Source :

Développeurs : la Kindle Fire séduit, Windows Phone aussi

En jouant sur sa double nature de liseuse et de tablette tactile, la Kindle Fire brouille les pistes et a été vue comme potentiellement capable de prendre rapidement la tête du marché des tablettes non iOS et même de l'affronter directement en lui prenant des parts de marché.

Cela reste tout de même un produit assez spécifique, avec son OS dédié, bien que reposant sur Android, et ses services 
Amazon que l'on ne trouvera pas ailleurs, tout en maintenant le lien avec la famille des liseuses Kindle et leur catalogue d'ebooks.

Alors que le public s'apprête à donner une réalité ( ou pas ) au succès annoncé, la commercialisation de la Kindle Fire débutant ce 14 novembre aux Etats-Unis ( un jour avant la date initialement prévue ), la société
Appcelerator, qui propose un environnement de développement pour applications mobiles natives et Web en HTML5, a réalisé une enquête en collaboration avec le cabinet d'études IDC auprès de 2160 développeurs dans le monde entier pour déterminer quelles plates-formes mobiles ont leur préférence.

Kindle Fire AmazonIl apparaît que sur un choix de 15 tablettes Android, les 
développeurs se disenttrès intéressés par la tablette Kindle Fire pour y développer des applications. Le produit d' Amazon se place juste derrière la tablette Galaxy Tab de Samsung au plan mondial et légèrement devant elle sur le marché US.

Cet attrait est à peine inférieur à celui suscité par la tablette iPad d' Apple à l'aube de son lancement en avril 2010. Et elle possède un argument de poids, celui de son prix ( 199 dollars ), qui reste un élément essentiel au succès des tablettes Android, selon les développeurs.

Parmi les écueils possibles au succès de la Kindle Fire, les développeurs interrogés citent le problème de la fragmentation et l'absence de certaines fonctionnalités comme l' APN ou la géolocalisation.
Windows Phone reprend des couleurs, BlackBerry OS s'enfonce
Nokia Lumia 800 02Un autre point important ressort de l'enquête d' Appcelerator : la 
remontée de Windows Phone. Ils sont désormais 38% à la trouver très intéressante dans une perspective de développement d'applications mobiles. Microsoft réussira-t-il son pari d'en faire la troisième plate-forme principale, après Android et iOS ?

L'annonce de la famille 
Lumia sous Windows Phone Mango chez Nokia semble en tous les cas avoir été perçue favorablement, avec un intérêt bien plus fort que pour Symbian ou même MeeGo en leur temps.

Le grand " perdant " de cette enquête n'est autre que le fabricant canadien
Research in Motion ( RIM ) qui voit l'intérêt des développeurs pour la plate-forme BlackBerry OS chuter de 7 points, à 21%, tandis que celui pour BlackBerry Tablet OS ( QNX ) perd 6 points pour atteindre 13%. En attendant BBX début 2012 ?

Du côté des 
Web apps, HTML5 reste plébiscité, 66% des développeurs se disant très intéressés pa r la conception de sites mobiles en HTML5. Mais l'intérêt pour les opportunités autour des TV connectées s'est largement affadi, que ce soit pour la Google TV ou l' Apple TV.

Enfin, chez les OS préférés des développeurs, peu de changements. iOS garde la tête, avec 
91% de sondés se disant très intéressés pour le développement d'applications iPhone, et 88% pour celui d'applications iPad. L'arrivée de iOS 5 n'y est sans doute pas étrangère.

Cette pression fait légèrement reculer l'intérêt pour la plate-forme Android, qui intéresse 
83% des sondés côté smartphones et 68% pour les tablettes.
Source : Christian D. -